Les soins

L’implant dentaire dans le secteur antérieur : un défi pour la dentisterie.

Le protocole environnemental dans l’intégration des implants posés au niveau de la ligne du sourire : une solution pour remédier aux problèmes esthétiques.

L’intervention dans ce secteur présente des risques, la qualité d’exécution aura des conséquences déterminantes sur le plan esthétique. Il s’agit d’un véritable défi pour le chirurgien-dentiste.

Une mauvaise conception ou un manque d’exactitude dans la mise en place d’un implant dans le secteur antérieur de la face produiront des dommages esthétiques irréversibles.

Mauvaise conception : Image n.1

« Pourquoi de tels résultats ? »

L’opinion dominante voudrait que l’implant soit en tout point semblable à une dent naturelle. Mais ce n’est malheureusement pas vrai!

Aussi longtemps que la dent naturelle est présente en bouche, elle préserve la substance osseuse, sans changement structurel ni modification esthétique. Mais en cas d’extraction dentaire (traumatismes, dégradation par caries ou infections) la résorption osseuse locale est significative, tant en dimension verticale qu’horizontale, et ce fait doit être pris en compte par le chirurgien. De plus, pendant le processus de cicatrisation, la résorption osseuse s’accompagne d’une rétraction du tissu gingival, ce qui a pour conséquence d’aggraver le dommage esthétique.

Parfois le médecin est contraint par certains impératifs de poser l’implant, dans un site ou une orientation qui ne sont pas naturels, ce qui a bien sur des implications négatives sur le plan esthétique.

Une autre idée reçue prétend que la pose d’un implant à la place d’une dent naturelle permettrait une conservation du volume de l’os maxillaire. Cette préconception est fausse également : Il a été prouvé que l’implant est incapable de suspendre le processus de résorption. La fonte progressive des crêtes osseuses est un mécanisme qui se produit tout au long de la vie.

Quelle est la solution?

Ces résultats nous ont permis d’élaborer un protocole permettant une intégration harmonieuse des implants dans la ligne du sourire, le protocole environnemental. Ce protocole favorise l'insertion de l'implant dans son environnement naturel, à savoir, le tissu osseux et la gencive. L'objectif du protocole est de compenser la résorption osseuse et la rétraction tissulaire, se produisant immédiatement après l’extraction. Cette compensation sera réalisée grâce à une greffe d’os de substitution ainsi qu’à la pose de membranes. Celles-ci empêcheront l’effondrement immédiat de la crête osseuse après extraction.

La greffe gingivale complétera cette mission par épaississement des tissus et évitera ainsi une récession gingivale ultérieure.

Une attention particulière, apportée aux tissus durs et mous (os et gencive) en contact avec le site opératoire, améliorera l’environnement biologique et naturel de l’implant et permettra de réduire les problèmes esthétiques qui pourraient se produire au fil des ans.

Exactitude et constance dans chaque détail, application et mises à jour de découvertes récentes, planification précise et expérience : ce sont les clefs de la sauvegarde de l’esthétique dans la mise en place d’implants au niveau de la ligne du sourire.

Il est utile de rappeler qu’un implant ne pourra jamais remplacer totalement une dent naturelle, cependant il est possible de parvenir à un rendu esthétique parfait (implant insoupçonnable) grâce au protocole environnemental.

Aspect inesthétique - mauvaise planification

La dent maintient l’os maxillaire

Après extraction, l’os résorbé ne permet pas le placement d’un implant dentaire

Après extraction de la dent

Implantation immédiate et implant revêtu d’une couronne selon le protocole environnemental

 

 

 

 

 

Posez vos questions:
Nom:
Veuillez indiquer le nom du champ
Message:
Adresse électronique:
Téléphone:
Votre message a été envoyé