Les soins

Dépistage précoce du cancer de la bouche

Après avoir subi des soins complets de parodontologie, de nombreux patients de la clinique sont régulièrement suivis par notre équipe et se présentent au moins deux fois par an pour un contrôle. La consultation comprend un détartrage effectué par l'hygiéniste et une visite chez le spécialiste en parodontologie. Cette démarche, fondée sur des études médicales à long terme, s'avère efficace et permet de faire perdurer les résultats des soins. Après le détartrage, le spécialiste procède à une inspection des gencives et détecte les éventuels foyers d'infection.

Ces consultations régulières tissent des liens et rapprochent les patients de l'équipe. Nous sommes en effet les mieux placés pour le dépistage précoce de phénomènes anormaux de la cavité buccale tels que lésions précancéreuses ou plaies suspectes, hormis les problèmes caractéristiques aux gencives.

Le cancer de la bouche est l'une des formes les plus graves de cette maladie. L'équipe de la clinique étant régulièrement confrontée à la bouche des patients, nous considérons qu'il est de notre devoir de contribuer à la détection de tumeurs.

Après les soins de l'hygiéniste, le spécialiste examinera les tissus de la bouche, la muqueuse de la bouche sur la paroi interne des lèvres supérieures et inférieures et des joues. Il inspecte aussi le palais osseux et membraneux, le pharynx, la base de la langue et le plancher buccal.

Cet examen, effectué une fois par an n'est paL'âges invasif; il se fait rapidement dans le cadre du suivi médical et est gratuit.

Les patients y réagissent favorablement, ce qui nous encourage à persévérer dans notre démarche. En présence de symptômes suspects, le patient sera immédiatement adressé aux services compétents.

Inutile de préciser que le dépistage précoce et le traitement de lésions de la cavité orale peuvent sauver la vie!

Quelques données sur le cancer de la bouche

A- Le cancer de la bouche est une maladie grave.

Le cancer de la bouche est l'une des maladies malignes les plus dangereuses, elle est relativement répandue et se trouve en sixième position dans le classement de ces maladies. Son danger réside dans plusieurs aspects :

1. Jusqu'à 50 % de taux de mortalité dans les cinq ans (plus que le cancer de la peau et du col de l'utérus).

2. Le personnel médical et le public sont peu conscients de son existence.

3. Il peut entraîner des déformations de la bouche, des handicaps au niveau de l'alimentation, de la parole, de l'ingurgitation ainsi que des difficultés affectives et sociales.

4. Indolore au début, il est donc plus difficile à diagnostiquer.

5. Dans de nombreux cas, les lésions sont dissimulées dans des zones échappant à l'œil des patients (plancher buccal, partie latérale de la langue, palais osseux et membraneux.

B- Importance du dépistage précoce

Le dépistage précoce augmente les chances de survie et peut améliorer la qualité de la vie. Le dentiste et l'hygiéniste ont un rôle important à jouer dans ce domaine. Il est recommandé d'effectuer une fois par an un examen des muqueuses de la cavité orale.

Une lésion ou une plaie qui ne guérit pas en dix jours est suspecte. Dans ce cas, il est recommandé de s'adresser à un stomatologue et à un spécialiste en parodontologie. On procédera éventuellement à une biopsie des tissus.

C- Les facteurs de risque:

Le facteur de risque majeur est le tabagisme. La consommation d'alcool arrive en deuxième position et la combinaison de ces deux facteurs multiplie le risque par trois.

D- L'âge

95% des malades (trois fois plus d'hommes que de femmes) ont plus de 40 ans, l'âge moyen étant 60 ans.

E- Les symptômes suspects:

• Lésion qui ne guérit pas spontanément au bout de dix jours

• Enflure avec ou sans plaie

• Lésion blanche anormale

• Lésion rouge anormale ou les deux

• Lésion brune, noire ou grise

• Plaie avec saignement

La forme de cancer de la bouche la plus répandue est intitulée carcinome épidermoïde (Squamous Cell Carcinoma ou SCC) (90%).

F. Le traitement

Le but est double: traitement total de la tumeur, restauration et réhabilitation de la bouche.

Si la maladie est localisée, c’est-à-dire qu'il n'y a ni pénétration dans les tissus adjacents, ni métastases, on pourra se suffire d'une chirurgie locale pour l'ablation de la lésion.

À un stade plus avancé (pénétration dans les tissus adjacents et métastases dans les ganglions lymphatiques), il faudra procéder à de la radiothérapie. Dans ces cas, le pronostic de guérison baisse de 50 %.

Le traitement complémentaire est multidisciplinaire et fait intervenir des spécialistes en stomatologie, otorhinolaryngologie, orthodontie, oncologie, chirurgie plastique d'une part et des psychologues et travailleurs sociaux d'autre part. Le traitement le plus courant comprend chirurgie, radiothérapie, restructuration pour conserver un aspect et une fonctionnalité raisonnables. De nos jours, la microchirurgie vasculaire joue un rôle déterminant dans le traitement du cancer de la bouche.

Résumé

Là encore, nous constatons que dépistage précoce et sensibilisation du public sont les mots clés pour le traitement du cancer de la bouche.

Posez vos questions:
Nom:
Veuillez indiquer le nom du champ
Message:
Adresse électronique:
Téléphone:
Votre message a été envoyé